top of page

2021

2021, une édition particulière marqué par la sortie du COVID... Qu'importe, à cœurs vaillants, rien d'impossible! L'équipe du festival décide de passer le St Hil Jazz Festival sur 2 jours, incapables de freiner l'enthousiasme des artistes de retrouver le chemin de la scène.  

Samedi Thomas Mayeras, jeune pianiste et  compositeur, nous offre le privilège d'ouvrir le festival avec son album "Don't mention it". Mélodies inspirées et rythme dans le sang, c'est accompagné d'Anthony Muccio à la contrebasse et de Germain Cornet à la batterie que la soirée débute avec élégance..

Re-bop sextet dirigé par le batteur Raphaël Chevalier Duflot fut une révélation. Une section rythmique impeccable, des cuivres solaires, tout était en place pour embarquer le public du St Hil Jazz Festival. Avec Raphaël Chevalier Duflot à la batterie, Arnaud Desprez au sax tenor, Pablo Arias au sax alto, Gabriel Levasseur à la trompette, Jean Kapsa au piano et Emmanuel Forster à la contrebasse.

Formidable auteure, compositrice, interprète, Camille Bertault a depuis remporté la Victoire du jazz  dans la catégorie "artiste vocale". Sa voix, ses textes et le groove de ses musiciens ont conquis l'audience avec son album "Le Tigre". Accompagnée de Fady Farah au piano, Christophe Minck à la contrebasse, Donald Kontomanou à la batterie et Minimo Garay aux percussions.

Dimanche,  le swing génial de Youenn Derrien, grand guitariste reconnu de ses pairs (Nini Garcia, Patrick Saussois ou encore Daniel Givogne) a offert l'antidote idéal pour oublier les mois précédents avec son album "Just Swing".  Sourires sur les visages, la générosité du jazz manouche a opéré! Youenn était accompagné de Dimitri Halsasz à la guitare rythmique et Anthony Muccio à la contrebasse.

Puis... quel honneur d'accueillir Jacky Terrasson, pianiste surdoué! Son album "53" fraîchement sorti sous le label Blue Note est simplement un bijou. Un concert inspiré, tout en nuance, nos oreilles se sont régalées. Superbement accompagné de Sylvain Romano à la contrebasse et de Lukmil Perez à la batterie.

bottom of page