top of page

2022

Recette idéale pour un bon festival : une programmation soigneusement sélectionnée, une équipe de bénévoles dévouée, des prestataires sur le pont pour monter la scène, installer le back line, des partenaires soutenants et... un soleil radieux. Tout est prêt samedi pour accueillir le public!

 

Samedi - Ouverture du festival avec Mayomi Moreno, chanteuse empreinte de ses racines cubaines, nous embarque immédiatement dans ses émotions et son énergie. Un succès!  Avec Serge Rozumek au sax, Ellen Pelé au piano, Alexis Roger à la basse et Boris Meichelbek à la batterie. 

C'est ensuite au tour de la géniale flûtiste Ludivine Issambourg de nous plonger dans le groove d'Hubert Laws avec son album Outlaws. La nouvelle icône de la scène électro-jazz était entourée de Kevin Joubert au clavier, Julien Herné à la basse et Simon Bismuth à la batterie.

La soirée s'est conclue par une belle émotion en accueillant Baptiste Trotignoncet ancien nantais qui a fait ses classes au Conservatoire de Nantes, et qui désormais mène une carrière internationale comme un des plus grand pianiste français. Un beau parcours, son trio a littéralement cueilli  le public, avec Viktor Nyberg à la contrebasse et Gautier Garrigue à la batterie.

Dimanche - Sous un soleil radieux, les spectateurs ont tranquillement pris place sur un transat, une table bistrot ou  botte de paille, au choix, en attendant le quartet nantais Basalt. Animé par une envie commune de revisiter les standards de jazz, ce quartet crée son univers sous l'impulsion du pianiste, Simon Hervé Cote accompagné d' Antoine Joffrey Lebouc au sax, Jérémy Royer Groseil à la batterie et Evan Lavignotte à la contrebasse.

C'est alors au tour de l'ingénieuse trompettiste et compositrice. Airelle Besson monte sur scène avec son groupe pour jouer son album qui connait un réel engouement de la critique et du public "Try!". Premier morceau, les notes de trompette s'élèvent, la voix d'Isabel Sörling se mêle à l'instrument, puis le piano de Benjamin Moussay, le tout rythmé par la batterie de Fabrice Moreau. Un rêve éveillé, avec un jazz aérien qui a enveloppé l'écrin du parc, et même une petite improvisation exclusive avec les oiseaux qui ont rejoint la scène de leurs chants!

bottom of page